«

»

Août 11

Déperditions de chaleur dans votre maison. Mais d’où viennent-elles ?

Objectif 15 - construction - rénovation

 

Avec la hausse des prix de l’énergie, les logements mal isolés risquent de devenir chers à chauffer. Malheureusement, en France justement : les logements sont souvent mal isolés. La première question qu’il convient de se poser est donc de savoir d’où viennent les pertes de chaleur dans votre logement.

fuites thermique

L’énergie la moins chère, c’est celle qu’on ne consomme pas…

 

Bien connaître les points faibles de son logement, c’est aussi savoir quel serait le meilleur investissement dans des travaux.

Améliorer sa chaudière ou produire des énergies renouvelables sans isoler la maison n’est pas une bonne solution. En général, les isolants ne coûtent pas très cher et sont efficaces en termes d’économies de chauffage. Mais que faut-il faire pour isoler en fonction de la maison que l’on possède ?

 

 

Le toit : 1/3 de la chaleur perdue

 

 

En général, quand on pense « isolation », on imagine les murs. Or le 1er point faible est le toit. Il est responsable à lui seul de 30 % des pertes thermiques :

En général, il y a plusieurs sources de pertes dues aux toitures :

  • Manque d’isolation du dernier plafond
  • Manque d’isolation des sous-pentes et des combles
  • Fuites d’air, entre les tuiles et au niveau des jonctions de la charpente avec le mur.

Ainsi, dans une maison mal isolée, le toit, c’est la priorité n°1.

Isolation ouate de cellulose plafond

Les murs : ¼ des pertes

 

Les murs arrivent en seconde position et représentent un quart des pertes. Néanmoins c’est tout de même la 2ème cause des pertes de chaleur. Globalement sur le parc de logement français, les murs ne sont pas assez isolés. Bien souvent la technique utilisée est une fine isolation par l’intérieur, alors qu’il faut une forte épaisseur et de préférence à l’extérieur.

 

Les fuites d’air et le renouvellement de l’air : 1/5 des pertes

 

Les fuites d’air sont les grandes oubliées de la construction en France ! On n’y pense pas et beaucoup d’artisans et de constructeurs ne sont pas formés à les traiter.

Maison passive étanchéité à l'air

Pourtant les pertes par fuites d’air sont presque aussi importantes que les pertes des murs et plus importantes que les pertes dues aux huisseries. On estime que dans chaque maison, il y a l’équivalent d’une fenêtre grande ouverte en permanence !

D’où viennent ces fuites ? Elles sont très nombreuses ! Cheminées, hottes, huisseries, serrures, gaines électriques…

 

Les vitrages : 15 % des pertes

 

Contrairement aux idées reçues, les vitrages ne représentent que 15% des pertes et n’arrivent qu’en 4ème position. De plus les fenêtres sont fabriquées en usine avec des processus bien maîtrisés, elles sont en général bien conçues et relativement performantes.

Entanchéités huisseries

Le plancher bas : 5% des pertes

 

Le plancher bas est de mieux en mieux traité, par contre, sur les maisons anciennes, il n’est pas du tout isolé. Les pertes sont assez faibles, mais elles peuvent donner facilement une sensation d’inconfort.

Isolation plancher bas

Les ponts thermiques : 5% des pertes

 

Enfin le dernier facteur de pertes : les ponts thermiques. Qu’est ce que c’est ? Il s’agit des zones qui se retrouvent en contact direct avec l’extérieur, sans aucune isolation. Typiquement, le plancher de l’étage qui repose sur les murs extérieur.

Conclusion

 

Bien connaître ces différents facteurs de pertes, permet de prioriser assez facilement les travaux à réaliser lorsqu’une maison est mal isolée.

 




 

Vous souhaitez faire construire une maison passive en Normandie ou rénover votre habitat en Normandiecontactez moi, je peux vous aider.

 

(7 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Julien

    Entièrement d’accord avec cet article! D’ailleurs pour un appartement qui est relativement bien isolé, rien que de changer des fenêtres peut faire une grosse différence sur votre facture de chauffage.

    1. admin

      Effectivement chaque étape est bonne pour gagner un peu. Par exemple, on a une passoire complète, on commence par le toit, on gagne 30% sur la facture de chauffage, puis les murs 25% sur la facture initiale soit 35% sur la facture qui restait. L’étanchéité à l’air 45% de la facture restante, les fenêtres 50 % de la facture restante.
      Bref si on part de 1000 € de chauffage par an :
      – Toit = -300 €
      – Mur = -250 €
      – Étanchéité à l’air = – 200 €
      – Huisseries = – 130 €

      Attention de bien faire les travaux dans le bon sens ! Une passoire thermique avec du triple vitrage restera une passoire thermique.

  2. Eric

    très instructif merci

  3. Yoni Chekli

    Bonjour,
    Personnellement, je propose souvent à mes clients d’isoler par l’intérieur avec de nouvelles cloisons isolantes. On perd un peu d’espace mais ça reste le meilleur rapport efficacité / prix surtout pour les murs au nord, moins ensoleillés et plus humides…
    Par contre c’est sûr qu’il faut penser « global », rien ne sert de faire le sol ou les vitrages, sans faire les combles qui permettent de gros gains également.

  4. Maxime

    Très bon article ! Intégrer des données chiffrées est toujours plus parlant. A l’approche de l’hiver, c’est toujours intéressant de se rendre compte des soucis d’isolation de son habitation.
    J’encourage les particuliers et les professionnels à veiller aux isolement pour éviter toutes pertes et dépenses inutiles.

  5. vand

    Très bien votre documentation, mais pourriez-vous me dire, vous signalez 5 à 7% de déperdition de chaleur par le sol. Un contrôleur vient de faire un diagnostic, il mentionne 21 % de déperdition de chaleur sur ma maison par le sol, pourquoi une si grande différence ? un voisin avec exactement la même maison et le même contrôleur, il mentionne 27% de déperdition par le sol, ni a-t-il pa un problème.
    Dans les faits ni a t’il pas une arnaque dans les diagnostics ?

    1. admin

      Bonjour,

      Il y a deux sujets. Je vais évacuer le premier très vite : les diagnostics sont généralement très mal fait (trop vite, pas assez compétents…). Un vrai diagnostic coûte au moins 600 € et doit être réaliser par un thermicien digne de ce nom.

      Le second sujet : pourquoi n’avez vous pas les mêmes chiffres que ceux que j’annonce. D’abord parce que c’est une moyenne et qu’il y a toujours des écarts par rapport à la moyenne. Ensuite, si par exemple, votre toiture est isolée, elle ne représente plus un tiers des déperdition, mais nettement moins, en conséquence, votre plancher bas pèse plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

CommentLuv badge